Post-confinement : tout change pour les petits commerçants

 Les périodes de crises sont des catalyseurs et exacerbent les tendances. Nous sommes en train de vivre en accéléré la transformation du consommateur et de son comportement d’achat. La crise des gilets jaunes ou les grèves avaient certes déjà initié la tendance. Aujourd’hui, le confinement et le risque sanitaire qui suit son assouplissement viennent définitivement confirmer ces nouvelles habitudes. Les achats dématérialisés s’ancrent de plus en plus dans la manière de consommer des Français. Au grand plaisir des petits commerçants qui savent surfer sur cette tendance en cette période de post – confinement  !

 Click&Collect : Petits commerçants mais grands agiles

C’est une prise de conscience sans précédent pour les petits commerces qu’ils soient alimentaires ou non ! Les commerçants sont de plus en plus nombreux à vouloir être visibles sur internet pour sauvegarder leur activité à la suite du confinement. Ce qui se présentait alors comme une menace devient une opportunité concrète. C’est une nouvelle façon de vendre qui se présente, laissant au consommateur le choix de passer du temps en magasin pour choisir ses produits ou de commander en ligne pour une récupération rapide en click-and-collect. En mettant en place une solution de drive ou de e-commerce, les commerçants de proximité surfent sur la double tendance : les circuits courts et l’achat en ligne

Leur offre évolue ainsi vers plus de commodité pour les consommateurs. Le panier moyen est d’ailleurs souvent le double en ligne qu’en magasin.

Certes les grandes surfaces alimentaires ont été en première ligne pour l’achat alimentaire des Français pendant le confinement avec 75% de la consommation. Mais cette proportion chute à 68% ( soit -7 points) lorsqu’on interroge les consommateurs une fois le confinement terminé. Cette baisse s’explique en partie par des dysfonctionnements des systèmes des grandes enseignes. Les français se tournent désormais vers les producteurs locaux et les circuits courts dont la digitalisation s’accélère. Les modules utilisés pour vendre en ligne par les commerçants de quartiers sont d’ailleurs plus souples, plus agiles et plus agréables à utiliser.

Le drive : pour limiter le passage en caisse

Les Français ont plus que jamais préparé leurs listes d’achats alimentaires pendant le confinement.  Ils sont 74% à avoir réalisé une liste de courses et 42% un inventaire de leur stock alimentaire avant de se déplacer (source Bonial). Plus d’1 Français sur 2 indiquent d’ailleurs vouloir réduire la fréquence à laquelle ils font leurs courses pour limiter le nombre de passages en caisse (source Harris Interactive). Les créneaux horaires privilégiés sont désormais entre 8h et 9h (+3%) et 13h et 14h (+2%) au détriment du créneau 17h-18h (-4%) (source étude fidme). 

De fait, le panier moyen augmente, passant de 56,80 € en février à 67,12 € en mars 2020 (source : étude fidme). Les consommateurs sont donc toujours autant intéressés par les promotions : 79% des consommateurs portent au moins autant d’attention que d’habitude aux promotions, dont 36% plus qu’avant le confinement (source Bonial).

C’est pourquoi se construite une communauté et savoir comment lui communiquer ses offres est essentiel pour tout commerçant.

D’autres alternatives à la visite en magasin rencontrent un grand intérêt depuis le confinement : les solutions de drive et de livraison proposées tant par les grands distributeurs que par les petits commerçants dont la valeur des ventes a bondi  de 74 % par rapport à 2019 (source Nielsen) entre le 16 et le 22 mars 2020.

E-COMMERCE : pour éviter tout passage en magasin

31% des Français préfèrent désormais la livraison à domicile et 20% la livraison de plats cuisinés à domicile. Les commandes sont en forte croissance et ont même doublé sur la première semaine de confinement. Il y a certes les clients fidèles, qui continuent de réserver des plats chaque semaine, mais aussi de nouveaux profils, comme des personnes âgées ou d’autres personnes en situation de mobilité réduite qui découvrent un service qui leur facilite le quotidien.  Les recherches pour les livraisons de repas ont ainsi augmenté de 80% en moyenne dans le monde entier en mars 2020 (source Semrush).

    L’e-commerce, les plateformes de type SVOD ou de fitness connaissent une explosion sans précédent. Et mêmes les consommateurs réfractaires à l’e-commerce ou à des services à distance ont pour beaucoup été ” obligés ” de tester des canaux d’achats dématérialisés et il est fort probable que ces comportements perdurent.